Le Safari au Parc de la Pendjari une expérience unique à vivre

Bienvenue ami lecteur pour une nouvelle découverte cette semaine . Comme vous l’aurez compris , je vous présente cette semaine une expérience unique que j’ai vécu au Bénin , plus précisément au parc national de la Pendjari. Cet endroit permet de vivre autres choses que les safari habituels du Kenya et  d’Afrique du Sud .Tout d’abord le Bénin est situé à l’ouest de l’Afrique, qui regorge de nombreux attraits touristiques . Et, le Parc National de la Pendjari en fait partie. Cet endroit unique et magnifique, situé dans le nord-ouest du pays, est la destination idéale pour vivre un séjour mémorable. Cet environnement, théâtre d’un spectacle divertissant offert par une colonie diversifiée d’animaux, fait du visiteur un observateur privilégié.

De l’accueil à la tournée en passant par la richesse de la faune et de la flore, le Pendjari est une réserve de biosphère naturelle. Et, il peut se targuer de faire partie des plus belles et prometteuses de l’Afrique. Pour vos prochaines vacances, n’hésitez pas à poser vos valises à Natitingou pour découvrir ce joyau.

Situé dans le département de l’Atacora, au Nord-ouest du Bénin, le Parc National de la Pendjari s’étend sur près de 275 000 ha. Idéalement située, cette réserve naturelle abrite de nombreuses espèces animales. Entre autres, nous avons les reptiles, les batraciens, les mammifères ainsi que des centaines d’animaux ailés.

Comment se rendre au Parc National de la Pendjari ?

Pour atteindre le Parc National de la Pendjari, il faut prévoir un voyage de huit heures de voiture au départ de la ville de Cotonou. C’est en réalité la seule difficulté que j’ai puisse souligner. On n’était pas véritablement confronté à un défi majeur, mis à part le fait que la voie est déformée par endroit. Par mesure de sécurité, il est conseillé d’avoir sur soi des pneus secours, car le risque de crevaison n’est pas improbable. De préférence, il faut avoir au moins deux pneus secours.

Que peut-on voir pendant le trajet ?

Pendant le trajet, j’ai put découvrir  de nombreux sites touristiques qui se dressent, quel que soit l’itinéraire. Lorsque nous avions pris par l’axe routier principal du pays, j’ai découvert le département des Collines avec ses petites merveilles.

Tout comme moi si vous y allez , vous aurez par exemple l’occasion de voir la célèbre et grandiose grotte mariale de Dassa et son église. Cet endroit réunit plusieurs milliers de pèlerins venus de différentes contrées du globe terrestre. Non loin de là, Savalou la belle vous promet des surprises insoupçonnées en famille. En prolongeant votre périple, vous tomberez inévitablement sous le charme des collines. Ces dernières surplombent de façon majestueuse la ville de Dassa et ses environs.

Ensuite, on s’est retrouvez à l’entrée du département de l’Atacora. Là aussi, des surprises nous y attendaient , moi et mes compagnons notamment aux villages des Tatas Sombas. L’accueil convivial et l’hospitalité inconditionnelle que nous avons eut des  habitants fermiers nous ont fait oublier notes statut de touristes en terre étrangère.

J’avais l’impression de me sentir comme chez moi et d’appartenir à une nouvelle famille.

C’était aussi , pour moi l’occasion de découvrir un nouveau mode de vie ainsi que des habitations pittoresques. Tout un véritable reflet de la tradition d’un peuple uni et soudé !

J’ai put également , découvrir des eaux douces et pures des cascades de Tanongou , dans lesquels j’ai put me baigner.  Cela, contre un tarif forfaitaire. Cette eau a fait du bien à mon esprit et m’a donner la force de poursuivre mon voyage.

À l’approche du parc, nous avons traversés un joli petit village où se côtoient des vieillards, jeunes, enfants et animaux domestiques (chèvres, poules, moutons…). À mesure que nous progressions, les cases et l’ambiance villégiature commencent à disparaître.

Ils font en fait place à un autre monde. Vous commencerez à sentir une odeur rappelant celle de la savane. Vous devez comprendre que votre périple touche à sa fin. Le monde des animaux est proche et le parc de la Pendjari aussi.

Où peut-on dormir ?

Une fois à destination, nous avions trouver de nombreux complexes hôteliers à Natitingou. Mais ce que , j’ai le plus aimer particulièrement était l’air frais et pur de cette ville située aux pieds des montagnes. Certains hôtels proposent des tarifs qui incluent les frais d’hébergement et de restauration. En plus de cela il est aussi possible de séjourner dans des hébergements monastiques composés de chambres entièrement rénovées et climatisées. Ces hébergements sont détenus par des congrégations religieuses.

Pour ceux ,d’entre nous qui voulaient vivre une expérience plus unique , il y avait aussi la possibilité de séjourner au sein du parc. On avait donc, deux choix, soit rester dans un hôtel avec piscine ou dans un lodge. Mais finalement on a tous opter pour un lodge. Afin d’être plus proche de la savane et de bénéficier d’une vue incroyable sur celle-ci.

Les safaris, ça y est : passez des moments de rêves en compagnie des animaux

Après un grand repos, l’heure est venue d’entamer une petite tournée dans le magnifique parc de la Pendjari. Mais avant, il est nécessaire de remplir quelques formalités. Tout d’ abord, il faut contacter un guide touristique professionnel ou engager un chauffeur privé. Ce dernier nous accompagna tout au long de notre visite.

Le guide professionnel avait une parfaite connaissance du site et su nous guider dans le parc. Il est très important de faire appel à un guide, et c’est d’ailleurs une condition d’accès au parc. Il avait aussi une parfaite maîtrise des animaux et savait où, comment et à quel moment les repérer.

Il avait une profonde connaissance des zones et positions d’observation des animaux sans pour autant les perturber. À noter que l’accès au parc était subordonné au règlement du tarif en vigueur, un peu moins de 30$ à l’époque. Qu’on a du payer à l’entrée.

DE mon expérience personnelle ,pour que votre safari ne soit pas un fiasco, il est préférable que les visites se passent entre 6 et 11 h. Vous pouvez également le faire entre 16 et 18 h 30 min. Si vous choisissez de faire du safari en dehors de ces heures, vous risquez d’être déçu. En effet, vous ne verrez probablement pas autant d’animaux si la chaleur est trop intense.

Si votre voiture est équipée de galeries, comme étaient la notre vous allez pouvoir admirer en toute quiétude la beauté du paysage. Ce dernier composé de faune sauvage et de flore. Juché sur le haut de la voiture, vous serez aussi témoin du merveilleux spectacle du coucher du soleil.

 

Le parc National de la Pendjari, de par son immense étendu nous a permis de parcourir plusieurs zones. Cela nous a permis de retrouver certaines espèces animales dans les lieux où ils aiment séjourner. La visite du parc de la Pendjari est une expérience de découverte qui m’a particulièrement laisser de grands souvenirs.

Je me souviens encore de ces odeurs, des cris, des spectacles, mais aussi des agissements des petits animaux qui doivent rester auprès de leurs parents pour survivre dans cette jungle. C’est une aventure qui n’a pas  laisser mes  enfants indifférents.

Les conditions d’accès au Parc de la Pendjari

En réalité, les formalités à remplir au Parc National de la Pendjari ne sont pas contraignantes. Si vous êtes un touriste en provenance d’un pays étranger, vous devez absolument disposer d’un visa touristique au

Bénin. Pour cela, vous avez deux options. Sois-vous l’obtenez à l’ambassade ou au consulat du Bénin dans votre pays d’origine ou sur place au Bénin.

Ensuite, vous devez réserver une voiture de transport en contactant les agences de voyage ou un guide touristique agrée. Toutefois, ces derniers doivent collaborer avec le Parc Pendjari. Cela est nécessaire, car ces derniers sauront vous fournir toutes les informations utiles relatives au parc.

À l’entrée du parc, les touristes étrangers doivent payer un montant de 10 000 FCFA pour accéder au parc. Pour les personnes originaires du Bénin ; c’est-à-dire les nationaux, le prix d’accès est fixé à 1 000 FCFA. Mais, pour payer ce prix, il faut que le visiteur soit un élève capable de prouver son statut.

Il lui faut en fait présenter un papier justificatif. Le cas échéant, tout autre citoyen est tenu de verser la somme de 5 000 FCFA. Il faut noter que le parc est accessible tout au long de l’année, quelle que soit la saison.

Les amateurs de chasse ont la possibilité de chasser dans le parc. Mais, il faut noter que cette activité est règlementée. Vous devez pendre suffisamment de renseignements sur les modalités et les conditions de chasse. Autrement, vous risquez de vous faire infliger une amende en cas de forfait.

Quels animaux peut-on voir à la Pendjari ?

Dans le Parc National de la Pendjari, s’il y a une espèce que l’on est sûr de rencontrer dans une forte proportion, c’est sans doute les antilopes. On en a rencontré quasiment partout au travers des chemins et en plusieurs espèces. C’est l’espèce la plus dominante du parc !

Il n’y a pas que les antilopes à voir au parc de la Pendjari. Nous avons aussi eut l’occasion de voir des milliers d’espèces ailées qui m’ont  émerveiller par la diversité de leurs couleurs. Certains oiseaux, les plus curieux, n’hésiteront pas à venir se poser auprès de vous, si vous y allez ,histoire de vous tenir compagnie. Avant de partir à la découverte des animaux, je vous conseil de garder sur vous les indispensables comme un appareil photo ou des jumelles, et même une bouteille d’eau.

Pourquoi les jumelles ? Elles m’ont permis de voir de près certaines espèces animales qu’on ne peut pas approcher comme les lions. Et si vous avez l’occasion une fois sur place de mon expérience, pensez à garder dans votre sac quelques bananes pour faire plaisir à nos amis les singes . Ils sauront vraiment apprécier votre marque de générosité.

Le parc abrite aussi une grande famille d’éléphants, d’hippopotames, de crocodiles, mais aussi de buffles. Faites-y simplement un tour et vous ne regretterez pas !

Comme vous l’aurez , remarque c’est la fin de mon récit sur le Safari inoubliable que j’ai vécu, au par national de la Pendjari au Nord du Bénin . Si vous aviez , aimez mon récit n’hésiter pas à vous abonnez à ma page Facebook, vous recevrez automatiquement mes nouveaux récits sur mes belles aventures au Bénin .